Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
d'Molshemer Zitung

M. le Maire ne se demande pas: et si c'était vrai?

3 Décembre 2014 , Rédigé par Manele

Objet : suspension de délégations

Réf : lettre du 9 septembre 2013

Monsieur le Maire,

Votre courrier du 9 septembre 2013 appelle de ma part, quelques explications. En effet, j’ai transmis mi-juillet à Mme Le Procureur de la République une plainte contre X, en rapport avec le marché de la route industrielle de la HARDT. Cette démarche fait suite à des remarques verbales et écrites aux services, puis à la transmission, le 4 juillet 2013, d’un document de 2 pages vous relatant ainsi qu’aux adjoints, ce qui me semblait être des dysfonctionnements dans la gestion financière et temporelle des chantiers surveillés par le service technique. N’ayant pas eu de réponse, ni d’information aux éléments contenus, j’ai pensé qu’il n’y avait pas de volonté pour résoudre ces problèmes en interne.

Par ailleurs, mon désaccord avec la méthode de gestion des chantiers par les fonctionnaires du service date, et vous le savez, depuis plus de 10 ans. Chaque fois que j’ai pu m’ouvrir de ce problème, tant auprès des agents cadres du service technique que des responsables administratifs, je n’ai eu qu’une seule réponse qui était celle de m’adresser au Procureur de la République. Jamais personne ne m’a proposé d’envisager une solution amiable en interne, ne serait-ce que sous forme d’une réunion-débat débouchant ou non sur une formation des fonctionnaires à la gestion des marchés publics et/ou un démenti de mes interrogations.

C’est donc fort de ces conseils souvent réitérés, et sans avoir d’autre solution à ma disposition, que j’ai saisi le Procureur de la République.

Si j’ai tardé à vous informer de cette démarche, hors les 17 jours de congés, c’est pour que mon intervention ne soit pas interprétée comme étant une tentative de chantage (je ne dépose pas plainte si tu me confortes dans mon poste d’adjoint malgré les tensions internes) sachant que, par ailleurs, cette plainte aurait pu être classée sans suite et que le contenu était parfaitement connu des services et la démarche encouragée par ceux-ci.

Les fondements de ma plainte auprès du Procureur de la République proviennent du fait qu’en recherchant dans les dossiers, je n’ai pas trouvé, d’une manière générale, les justificatifs des dépenses et des interventions que les entreprises nous doivent contractuellement et ce, malgré mes demandes souvent réitérées et parfois écrites. Pour étayer ma plainte, je me suis appuyé sur un chantier en particulier sachant que d’autres sont dans la même configuration.

Bien que ma plainte ait été déposée contre X, elle était destinée à ce que les entreprises intervenantes sur ce chantier transmettent à la ville les éléments dus et prévus dans les marchés et non à infliger au personnel de la mairie, réputé honnête, une quelconque punition.

Enfin, je dois vous faire part de mon étonnement alors que, après avoir dénoncé l’éventualité d’une malversation au détriment de la ville, je suis mis à pied sans que quiconque ne se soit posé la question et si c’était vrai et ce, malgré le document déjà transmis (et joint), document qui ne fait pas référence aux problèmes de décompte des entreprises sur le chantier de la rue de la HARDT et qui ne fait donc pas partie de ma plainte.

Vous souhaitant bonne réception, recevez, Monsieur le Maire, l’expression de mes respectueuses et cordiales salutations.

Jean DUBOIS

Partager cet article

Commenter cet article