Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
d'Molshemer Zitung

Toujours aussi approximatif

8 Janvier 2015 , Rédigé par Manele

Gestion, comptabilité, arithmétique

Le 18/10/2014, le Maire nous annonçait une baisse des investissements de 4 à 3 millions d’€ .

Explications :

1) La baisse des crédits d’état

2) Les nouvelles règles de compensation

3) La péréquation (179 000€ en 2014 et 250 000€ en 2015)

Si le point N°3 représente une diminution des crédits disponibles de 71 000 €, le point N°2 lui n’est, d’après les explications données, qu’un problème de trésorerie donc sans effet sur l’investissement.

Ceci signifie donc une baisse des crédits d’état de 929 000€ pour 2015 ce qui, si c’était vrai, serait énorme.

Le 21/07/2014 on nous annonce un budget d’investissement de 7,2 millions (comparés aux 3 millions du 18/10/2014). Les mots n’ayant pas changé de sens, d’où cela vient il ?

Parmi les investissements, l’un m’interpelle, c’est la réfection de l’éclairage de la place de l’hôtel de Ville. En effet, cet éclairage a tout juste 12 ans et n’a jamais fonctionné sauf au soir de la réception des travaux. On voit ici que le manque de sérieux des services chargés de terminer le chantier et d’assurer « le parfait achèvement des travaux » finit par coûter cher à la collectivité

L’entreprise qui a réalisé ces travaux est bien connue sur la place et continue de beaucoup travailler avec la ville. Il y a là, une source d’économie non négligeable qui pourrait compenser la diminution des crédits.

Enfin, le pompon pour un économiste de ce rang.

Prétendre qu’ 1 million d’€ d’investissement représente 20 emplois dans le bâtiment relève de l’affabulation politique habituelle. En effet, le chiffre d’affaire par employé dans les entreprises de BTP est de l’ordre 200 000€ (218 pour VINCI et 210 pour Eurovia France). S’il est évident que, même si 5 emplois sont importants, il est inutile de rajouter à fins de politique politicienne des calculs faux ne pouvant qu’entretenir la peur.

Il est évident que faute d’être attentif à la manière de dépenser, on nous prépare une augmentation des impôts.

Partager cet article

Commenter cet article